Catégories
Accueil

Les douanes américaines siphonnent les données des mobiles des voyageurs

Par Challenges.fr le 20.09.2022 à 12h30 Lecture 2 min.

Selon le Washington Post, les douanes américaines copient les données des appareils mobiles des voyageurs. La révélation rappelle le scandale de la NSA dénoncé par Edward Snowden en 2013.

Le Washington Post révèle que les douaniers ont massivement copié les données contenues dans les téléphones mobiles des voyageurs. Pas moins de 10.000 appareils par an sont ainsi auscultés et copiés. Cela va du simple mobile au PC en passant par l’iPad qui transitent par les aéroports, les ports et les postes frontières.

Selon le Washington Post ces données sont recueillies par des officiers des douanes et des frontières sans intervention d’un juge. Cela a attiré l’attention du Congrès qui s’étonne de ce que le gouvernement fera de cette immense masse d’informations. Ces données, alors qu’elles proviennent de personnes qui ne sont soupçonnées d’aucun crime, sont conservées pour une période de 15 ans.

Ces révélations ajoutent de nouveaux éléments à la façon dont la police fédérale utilise la technologie sans que les citoyens américains en aient véritablement conscience. 

Reconnaissance faciale

Les agents du FBI et des douanes, ont déjà recours à la reconnaissance faciale sur des millions de photos de permis de conduire. Ils ont également accès à des informations financières et de services publics pour remonter à leur lieu d’habitation.

Si un inspecteur a une « suspicion raisonnable » que le voyageur enfreint la loi ou qu’il représente une menace pour la sûreté du pays, il peut ouvrir une enquête, se connecter aux appareils mobiles et en copier le contenu. Mais le seuil qui permet de déclencher une requête est tellement bas que les autorités récupèrent des données sur des personnes ciblées en fonction de leur apparence ou de leur religion.

Ces révélations rappellent celles concernant la NSA, rendues publiques en 2013 par Edward Snowden. La NSA a officiellement cessé ces pratiques en 2019 en reconnaissant que certaines des données avaient été recueillies par erreur et que le système n’avait pas montré son utilité dans la recherche de terroristes ou dans la lutte contre la criminalité.

Par patrick LE GUYADER

leguyadepatrick@gmail.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s